« Le Cerf et le Chien » extrait des Contes du Chat Perché

de Marcel Aymé

Les Contes du chat perché – Marcel Aymé

Le cerf et le chien | Un conte concert

Mise en scène Valérie Antonijevich

Création musicale Xavier Ferran

Lumières Simon Desplébin

LE PROJET EN QUELQUES MOTS

Marcel Aymé dit avoir écrit Les Contes du chat perché pour lui, sans autre nécessité que le plaisir du jeu et de l’écriture. Chez lui, écriture et enfance se rejoignent, elles participent de la même aspiration à la liberté. Il refuse catégoriquement d’éduquer, de moraliser ou encore de « normer » l’enfant et affirme son droit à lire pour le plaisir. Son intention peut se résumer par le talent qu’il reconnaît à Andersen : « indifférence à la morale et à tout ce qui n’est pas l’enchantement de conter« . Ce faisant, il abolit tout rapport de subordination entre l’adulte-auteur et l’enfant, son lecteur.

Aussi, dans son adaptation scénique, Valérie Antonijevich a voulu composer un récit en-chanté comme le trait d’union entre enfance et écriture. Elle a choisi pour cela de convoquer la musique pour accompagner le récit. En reprenant la tradition orale du conte et en la transposant dans la configuration d’un concert « live », elle souhaite mettre les enfants au contact direct de l’écriture grâce à une forme festive et ludique. Ensemble, musique et narration écrivent une fugue (au sens littéral et musical) qui s’inspire du style simple et dépouillé de Marcel Aymé, de son espièglerie, de l’esprit facétieux et sensible des Contes, de leur mutinerie malicieuse.

Cette mise en jeu prend au mot Marcel Aymé quand il nous invite à éconduire le réel : elle vise à recréer le champ d’expériences et de liberté qu’offre l’écriture et dont dispose chaque enfant.

Le cerf et le chien s’adresse à tous les publics à partir de 7 ans.

 

LE CERF ET LE CHIEN

Ce conte plein d’humour, de poésie et de tendresse met en scène 3 personnages : le cerf, le chien et le bœuf.

Chacun va se trouver confronté à la question de la Liberté. Le chien de chasse devra choisir entre sont devoir et son humanité. Condamné à une vie de labeur, le bœuf, au contact du cerf, se mettra à rêver à la vie sauvage. Le cerf, enfin devra choisir entre la vie domestiquée et « serf-vile » et une existence libre dans la forêt mais constamment menacée de mort.

Nombreuses et complexes, les questions autour de la servitude et de la liberté se déploient dans le conte. L’adaptation scénique en fait ressentir les enjeux et ouvre les champs d’interprétations. En cela, elle reconnaît aux enfants la liberté fondamentale de ne pas leur imposer un point de vue unique.

LE ROCK EN ECHO AUX QUESTIONS DE LIBERTÉ DU « CERF ET LE CHIEN »

Un trip musical

Le dispositif scénique prend la forme d’un concert rock.

Le rock permet à un public entre enfance et adolescence d’éprouver très directement les sensations de liberté, de joie de vivre, d’insoumission qui sont au cœur du conte.

Pour laisser l’imagination se déployer, la scène est simplement structurée par la lumière qui oscille entre dispositif théâtral et installation concert.

Les trois narrateurs à la fois comédien.ne.s, chanteur.se.s, musicien.ne.s, en adresse public, sont à l’avant-scène, derrière leur micro SM58 sur pied. Installé à son clavier Rhodes, le musicien est décentré à cour pour mettre en exergue la musique sans pour autant le couper du récit.

Le « flow » du conte et la prise en charge du récit se conjugue entre paroles et mélodies, poésie et rythme.

Ce « trip » demande aux enfants de suivre leur imaginaire, d’écouter leur ressenti et d’engager leur liberté d’interprétation. C’est une métaphore de la capacité d’émerveillement, de fantaisie indispensable à l’enfance.

LES CONTES DU CHAT PERCHE

« La stratégie d’écriture de Marcel Aymé, faite de distance et de proximité par rapport au conte traditionnel, n’est pas jeu gratuit. Elle correspond plus fondamentalement à un refus d’une certaine littérature jeunesse. Interrogé en 1956 par la revue Enfance sur ce qui faisait à ses yeux la caractéristique d’un livre écrit pour les enfants, Marcel Aymé répondait en effet ceci : « La bêtise, le mensonge et l’hypocrisie ». Si Aymé s’amuse avec les code du conte traditionnel dans un jeu ironique, léger, peut-être plus subversif qu’il n’y paraît au premier abord, c’est avant tout parce qu’il refuse de dresser une cloison étanche entre littérature pour adultes et pour enfants et traite son jeune lecteur avec respect, sans jamais être simpliste ou bêtifiant, tout en lui proposant une forme, le conte, qui ne peut que trouver un écho puissant dans son monde intérieur. » Yvon Houssais, enseignant-chercheur en littérature française.

Les contes du Chat perché sont publiés aux éditions Gallimard

CREATION

Mise en scène Valérie Antonijevich
Texte Marcel Aymé
Création musicale Xavier Ferran

Lumières Simon Desplébin
DISTRIBUTION
Toma Roche – Interprète jeu, musique et chant
Juliette Flipo – Interprète jeu, musique et chant
Mélanie Le Moine– Interprète jeu, musique et chant
Xavier Ferran – Compositeur et musicien
CONTACT DIFFUSION
Claire Brière / 06 86 88 93 22 / maquisarts.communication@gmail.com